dimanche 14 décembre 2014

Un avion en vadrouille dans les rues de la Capitale Gabonaise !

   Bonjour les Êtres humains ! Les choses de mon pays d’origine, le Gabon, ne cesseront jamais de me surprendre…

   Ce samedi 13 décembre 2014, en parcourant le fil d’actualités de ma page Facebook, je suis tombé sur une publication étrange et ahurissante : il s’agissait d’une photo montrant un avion de type gros porteur (visiblement un Boeing 737) des « Forces Aériennes Gabonaises », en plein milieu de la route, quelque part dans la capitale du pays, Libreville. J’ai voulu en avoir le cœur net et me suis donc lancé à la recherches d’informations expliquant ce drôle de fait.





   Je me suis d’abord intéressé aux commentaires laissés par les uns et les autres sur cette publication. Beaucoup parlaient, ou du moins, croyaient qu’il s’agissait d’un appareil qui se serait craché. Quelques heures plus tard, certaines personnes ont pu apporter un début d’éclaircissement : selon eux, l’appareil actuellement en panne, devait, en fait, être acheminé de l’aéroport de Libreville, vers le port situé dans la commune d’Owendo, où il devait être embarqué sur un navire, en partance pour les USA. C’est là-bas qu’il doit être réparé.

   Cette information a été confirmée ce dimanche 14 décembre dans un article publié sur le site d’informations locales Gabonews, entre autres. Cet article, qui relate un résumé du déroulement de l’opération, nous apprend qu’aux environs de sept heures du matin, l’appareil aurait été vu en plein milieu de la route, vers la commune d’Owendo. Selon le rédacteur de l’article, il aurait surement chuté du camion qui le transportait. Bon, déjà, je me demande quel est ce camion capable de contenir un avion gros porteur. Mais passons.

   Les quelques illustrations qu’on peut voir de l’appareil sur la toile le montrent, un peu plus tard, visiblement coincé sous un de ces échangeurs qui ont été récemment érigés dans Libreville.




   Alors, Engo, moi, je commence à me poser des questions : la toute première est de savoir qui était responsable de cette opération. Parce que, je me dis quand même qu’elle ne peut pas avoir été confiée à un simple militaire, mais probablement à quelqu’un qui a des compétences avérées en logistique, car c’est bien d’un exercice de ce type dont il s’agissait ici. Comment se fait-il que cet appareil, confié, j’ose le croire, à des mains expertes, commence par endommagé un mur, selon les dires des témoins, non loin de l’aéroport, et se retrouve ensuite encastré sous un échangeur ? Ceux qui ont préparé cette opération n’ont-il pas pris en compte l’envergure de l’avion, les dimensions de la route qu’ils allaient emprunter, ainsi que la hauteur maximale permise par les dits échangeurs ?

   La deuxième question qui m’est venue à l’esprit m’a été suscitée par les quelques vidéos montrant l’appareil dans les rues de la ville, postées sur Facebook par quelques amateurs (malheureusement, je n’ai pas pu me les procurer et les partager avec vous). Sur ces vidéos, on constate le grand étonnement des populations devant cet étrange spectacle. Alors, je me demande comment une opération pareille a pu être réparée et amorcée sans préalablement avertir les populations ? Parce que si les gens sont si surpris, il est certain que c’est parce qu’ils n’ont pas été avertis. Donc, il n’y a pas eu d’informations annonçant la manœuvre aux citoyens de Libreville ? Pas de communiqué de presse, pas de note dans le journal l’Union, rien ? Cette interrogation n’est pas fortuite, parce que j’imagine bien que l’opération, qui a duré toute la nuit et qui n’était pas encore achevée après le levé du jour, a bien dû perturber le trafic sur les axes empruntés par le convoi.

   Ce qui me surprend le plus, c’est la façon dont les médias locaux ont relayé l’information, et en particulier la chaîne de télévision nationale, Gabon télévision : pas de reportage, aucune annonce sur les rasions de cette opération, ni sur le déroulement de celle-ci, et encore mois sur son issue ! Le présentateur du journal de 20H du samedi 13 décembre s’est contenté d’évoquer le fait, comme s’il ne méritait pas qu’on s’y attarde. Et de la part des « Forces aériennes Gabonaises », des forces nationales de défense, du ministère en charge de la défense, silence de fond de recoin de cimetière !  Comme si, en réalité, personne n’avait rien à dire là-dessus ! Comme s’il n’y avait, à vrai dire, aucun responsable de cette opération ! Moi, je me suis alors demandé : si, lorsque cet avion était coincé sous l’échangeur et perturbait la circulation, un élève en route par taxi vers son établissement, où il devait passer une importante évaluation, la manquait, ou plus grave encore, un automobiliste transportant un blessé grave en urgence à l’hôpital, voyait ce dernier perdre la vie, à cause de ce désagrément, à qui auraient-ils demandé des comptes ?

   Je crois que, autant pour un projet personnel, une opération d’une si grande envergure que pour un projet de portée nationale, la planification, l'organisation, la rigueur, et surtout, la communication, sont les clés de la réussite. Il serait temps que tout un chacun sache en faire preuve, pour le bien de tous !

1 commentaire:

  1. Un fait en plus qui montre l'incapacité de nos dirigeants à gérer le pays.
    Ca, c'est effrayant.

    RépondreSupprimer